Une Saison en Enfer – Arthur Rimbaud

MOSTRA 3---

UNE SAISON EN ENFER. Arthur Rimbaud

acrilyc on canvas. Black & White. Painted by the Rimbaud’s words: Une saison en enfer.

“Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s’ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient.
Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux. – Et je l’ai trouvée amère. – Et je l’ai injuriée.
Je me suis armé contre la justice.
Je me suis enfui. Ô sorcières, ô misère, ô haine, c’est à vous que mon trésor a été confié !
Je parvins à faire s’évanouir dans mon esprit toute l’espérance humaine. Sur toute joie pour l’étrangler j’ai fait le bond sourd de la bête féroce.
J’ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J’ai appelé les fléaux, pour m’étouffer avec le sable, avec le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l’air du crime. Et j’ai joué de bons tours à la folie.
Et le printemps m’a apporté l’affreux rire de l’idiot.
Or, tout dernièrement, m’étant trouvé sur le point de faire le dernier couac ! j’ai songé à rechercher le clef du festin ancien, où je reprendrais peut-être appétit.
La charité est cette clef. – Cette inspiration prouve que j’ai rêvé !
“Tu resteras hyène, etc…,” se récrie le démon qui me couronna de si aimables pavots. “Gagne la mort avec tous tes appétits, et ton égoïsme et tous les péchés capitaux.”
Ah ! j’en ai trop pris : – Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée ! et en attendant les quelques petites lâchetés en retard, vous qui aimez dans l’écrivain l’absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache des quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.

Arthur Rimbaud

A.R.4-

UNA STAGIONE ALL’INFERNO. Arthur Rimbaud

acrilico su tela. Bianco e Nero. Dipinto con le parole dell’opera di Rimbaud: “Une saison en enfer”

Une saison en Enfer. Detail.
Une saison en Enfer. Detail.
Anna Lopopolo. Rimbaud
Une saison en Enfer. Rimbaud. Detail: Blood

“Un tempo, se ben ricordo, la mia vita era un banchetto, in cui ogni cuore  s’apriva, in cui vini d’ogni sorta grondavano.
Una sera, ho fatto sedere la Bellezza sulle ginocchia –E l’ho trovata amara. –E l’ho insultata.
Mi sono armato contro la giustizia.Ho preso la fuga. Oh streghe, oh miseria, oh rabbia, è a voi che il mio tesoro è stato affidato!
Giunsi a scemare dal mio spirito ogni umana speranza. Su ogni gioia per stringerla alla gola ho compiuto il balzo sordo della bestia feroce.
Ho convocato i carnefici per mordere, morendo, il calcio dei loro fucili. Ho convocato le piaghe, per soffocarmi con la sabbia, con il sangue. La sventura è stata il mio dio. Mi sono steso dentro il fango. Mi sono asciugato al vento del delitto. E ho fatto qualche bello scherzo alla follia.
E la primavera m’ha portato il riso atroce dell’idiota. Ebbene, recentemente, essendomi trovato sul punto
di un ultimo crack, ho pensato di riaverela chiave di quell’antico banchetto;in cui ritrovare l’appetito.
Carità, questa è la chiave.
–E questa semplice idea dimostra che ho sognato!
“Resterai iena, ecc…,”starnazza il demone che m’incoronò di papaveri garbati.
“Vai alla morte con tutte le tue voglie, e col tuo egoismo e con tutti i peccati capitali”.
Ah! Ma ne ho bevutoabbastanza: –Eppure, caro Satana, La prego, una pupilla meno stizzita! E nell’attesa di qualche piccola ricaduta di viltà, visto che apprezza nello scrittore l’assenza di doti descrittive o istruttive, scelgo per Lei qualche osceno foglio d’appunti dal mio quaderno di dannato.

Arthur Rimbaud

Une saison en Enfer. Detail.
Une saison en Enfer. Detail.
Une saison en Enfer. Detail.
Une saison en Enfer. Detail: Blood

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

*

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.